Oumnaturel / Santé / Conseils santé / Musc: Qu’achetez-vous vraiment?

Musc: Qu’achetez-vous vraiment?

Étant donné l’engouement général et la multitude de produits proposés sur le marché, je me suis dit qu’un petit article sur le musc serait utile. J’avoue aussi que l’on m’a souvent soufflé cette idée en me posant des dizaines de questions sur ce produit. En effet, il n’est pas du tout simple de s’y retrouver notamment pour ceux qui souhaitent avoir un produit sain et naturel.

Musc ou pas musc ?

De nos jours, le terme « musc » est malheureusement utilisé pour qualifier le moindre parfum à odeur musquée. Pourtant, le musc est un parfum à part entière, d’une senteur toute particulière. Par exemple, en aucun cas l’ambre, l’oud (essence de Bois d’agar, bois d’aloès, etc..) ou le jasmin, ne sont pas des « muscs ». Ce sont d’autres familles de senteurs pourtant régulièrement vendues comme musc.

Le musc est en réalité une matière première animale. Il est extrait des glandes abdominales des cerfs porte-musc d’Asie centrale. D’autres espèces animales peuvent également produire une substance qualifiée de musc, notamment les civettes, le rat musqué, l’érismature à barbillons, le canard musqué ou le bœuf musqué.

Certaines espèces végétales ont aussi une vague odeur de musc, tels que les graines d’ambrette ou la racine de certaines angéliques qui sont cultivées pour cette caractéristique.

Le musc se divise en 3 catégories, parmi lesquelles :

  1. Le musc naturel d’origine animale
  2. Le musc naturel d’origine végétale (ou parfum à odeur musquée)
  3. Le musc chimique (ou musc de synthèse, qui n’est en fait… pas du musc)

De nos jours, le musc chimique est le plus vendu, et le plus utilisé comme parfum (…)

 

Le musc naturel d’origine animal

Le musc naturel animal : Son origine

Tout comme l’ambre gris, le musc entre dans la composition des parfums. Et, aussi étonnant que cela puisse paraître, les 2 sont d’origine animale. En effet, l’ambre gris provient des intestins des cachalots et le musc est principalement produit par le chevrotain mâle. Il existe également du musc animal provenant : du castor, de la civette, du rat musqué, du beauf musqué ou du canard musqué. Le plus noble d’entre eux est bien celui du chevrotain.

Pendant la période du rut, le chevrotain (appelé aussi le porte-musc), développe sous la peau de son abdomen une glande. Dans cette glande, une sécrétion brune se forme : c’est le musc. Liquide quand il est dans la glande, le musc devient solide en séchant, ce dernier étant bien moins prisé par les nez avertis.

Technique d’extraction du musc animal naturel

La récolte du musc pose malgré tout un problème. Une glande contient environ 30 grammes de musc et pour les obtenir, il faut… très souvent abattre l’animal. Situation critique lorsque l’on sait que le chevrotain est depuis de nombreuses années une espèce menacée d’extinction.

Une fois abattu, on lubrifie la poche où se trouve le musc puis, on fait pénétrer un petit outil avec laquelle on extrait doucement les grains.

Pour protéger cette espèce (principalement du braconnage), des mesures seront prises. Le commerce du musc sera finalement contrôlé par la convention sur le commerce international des espèces menacées de la flore et de la faune sauvage (CITES : Convention on International Trade of Endanged Species) signée à Washington en 1973. Cette convention a été appliquée en France en 1978. [1]

À la fin des années 80, un élevage en captivité a été mis en place en Chine pour obtenir du musc sans abattre l’animal. Le chevrotain en élevage pouvait fournir du musc 10 à 12 fois dans sa vie. L’extraction du musc était très limitée car conseillée une fois par an sur les chevrotains âgés de 2 ans et demi à 8 ans.

Malgré tous ces efforts pour préserver la vie du chevrotain « porte musc », il apparaît que finalement l’élevage n’est pas une solution parfaite. C’est en effet très compliqué ,le chevrotain étant une espèce solitaire qui se reproduit mal en captivité, qui ne supporte pas la surpopulation et le confinement qui donne lieu à des combats entre mâles. De plus, cette méthode n’est également pas satisfaisante, car l’animal est crispé et stressé donnant un musc de moins bonne qualité.

Plusieurs types de musc animal naturel

Le musc naturel est un musc animal et son commerce en distingue différentes qualités :

  • Musc Tonkin : Ce musc provenait de la chasse en Chine, au Tibet, en Mongolie et au Cachemire. C’est une matière qui fut très largement utilisée dans la parfumerie, et ce depuis des millénaires. Les chinois se l’arrachaient durant l’antiquité et les musulmans le mélangeaient au mortier des mosquées pour que, au plus chaud de la journée, les murs exhalent des odeurs extraordinaires. C’est un musc de couleur brunâtre, plus sec, non fermenté, d’une puissance odoriférante plus faible que les autres. L’appellation “muscs blancs” est un terme générique qui à l’origine évoquait l’odeur du musc Tonkin.
  • Musc Assam : Ce musc provenait du nord du Bengale, de couleur noirâtre, consistante, d’une odeur très forte mêlée d’odeur fécale de civette qui disparaissait après traitement (dessiccation ou procédé d’élimination de l’eau d’un corps à un stade poussé)
  • Musc Kabardin, dit musc de Sibérie : La moins bonne qualité de musc, 4 fois moins puissante que le musc Tonkin, c’était le musc le moins apprécié. L’animal était chassé dans la région de St Pétersbourg. Il s’agit d’un musc sec, de couleur brune claire, d’une odeur moins forte mais tenace se rapprochant d’une odeur aromatique végétale.
  • Musc de Chine : C’est le musc de 1ère qualité ! C’est un musc de couleur pâle, ayant subi une fermentation ammoniacale, d’une odeur très puissante très difficile à supporter.

Falsification du musc animal naturel

Le musc est très intéressant d’un point de vue lucratif. On a donc vu beaucoup de falsifications. Les agents de falsifications étaient multiples : terre, sang séché, foie, poils séchés, fumier, morceaux de plomb, feuilles de thé infusées…

Des mains habiles ouvraient la poche et vidaient le précieux produit en la remplissant avec un de ces agents de falsification. Au tout début, le musc était acheté avec sa poche pour déceler plus facilement la fraude.

Le musc naturel animal : Où en sommes-nous ?

Les muscs animaux sont fortement contrôlés par la convention sur le commerce international (CITES) et totalement interdits par des organismes comme WWF, donc plus question de musc original naturel en parfumerie dans de très nombreux pays. Il est donc très difficile de trouver du musc naturel d’origine animale dans un parfum.

À noter que les autres muscs d’origine animale (type civette, rat musqué, beauf musqué, canard musqué, etc …) et autres ambre gris (cachalot) subissent tous les mêmes réglementations.

Néanmoins, dans certains pays très attachés au musc animal, qui le considèrent parfois comme un aphrodisiaque, il est encore possible d’en trouver (…) à des prix très élevés oscillant entre 100€ et +600€ les 3ml soient entre 30.000€ et 200.000€ le litre (…). Ces muscs proviennent des rares élevages ou… du braconnage.

Cependant, son odeur exaltante n’aura pas laissé l’homme inactif, et 2 alternatives viendront tenter de contourner ces réglementations :

  • Les parfums végétaux à odeur musquée
  • Les muscs de synthèse

 

Le musc végétal ou parfums végétaux à odeur musquée

Certains organes d’espèces végétales ont une vague odeur naturelle de musc, et ils ont été cultivés pour cette caractéristique. Il s’agit clairement de la seule solution naturelle pour obtenir une odeur musquée si l’on se réfère à la réglementation internationale, et donc de la seule manière de se procurer un parfum naturel le plus proche du musc original… sans en être.

Quelques exemples de végétaux à odeur musquée utilisés en parfumerie :

L’ambrette

C’est un cousin de l’hibiscus (ou Hibiscus Abelmoschus), d’une taille pouvant atteindre 3,50 m, à grandes fleurs jaunes soufre. Elle pousse en Indonésie, Inde, Seychelles, Antilles, Équateur ou Pérou. L’ambrette est maintenant aussi cultivée en Hollande, France, Hongrie, Allemagne et nord de l’Inde.

De ces feuilles, on utilise les petites graines. Elles sont séchées, concassées puis distillées afin d’obtenir un solide cireux, riche en acide gras appelé « beurre d’ambrette ». Ce dernier est ensuite traité et lavé en milieu alcalin. On obtient alors une essence pure nommée « absolu de graine d’ambrette ». Ses graines donnent une odeur animale légèrement musquée, poivrée, verte, avec une note de poire. Les racines sont aussi utilisées pour en tirer l’huile essentielle. Les tiges sont utilisées en confiserie.

L’ambrette est souvent désignée comme étant le musc végétal par excellence, à tel point qu’elle aujourd’hui est très souvent utilisée en alternative du musc d’origine animal. C’est un produit très cher (15€ les 1ml soit environ 15.000€/L).

L’angélique

De la famille des ombellifères, l’angélique est une plante qui aime les régions humides et marécageuses, ainsi que le bord des rivières. On la trouve principalement en Europe et en Sibérie, elle est cultivée en France, en Belgique et en Allemagne et fleurit de juin à août. Ses graines sont récoltées mi-juillet et ses racines en hiver.

Les essences de racines et de graines d’angélique sont obtenues par distillation à la vapeur d’eau. On l’utilise en parfumerie fine. Elle se reconnaît à son parfum un brin poivré et piquant, à la fois suave et musqué. Un arôme délicat et une saveur douce.

La teinture de truffe

Les teintures de truffes et les résinoïdes alcooliques étaient et sont encore utilisés en parfumerie.

Le costus essence

Les racines de cette plante originaire de Chine et d’Inde sont lavées, séchées et distillées pour donner l’essence de Costus. Elle a une note animale, sourde, poussiéreuse, avec un aspect plâtre. Son odeur est assez particulière entre l’odeur des chaussettes sales, et l’odeur de chèvre… mais dans une composition cela peut être excellent !

Pour des raisons de législation, elle est aujourd’hui interdite, elle aussi, et donc reconstituée par les parfumeurs avec des synthétiques !

Les autres végétaux musqués

Il existe également : L’hibiscus, la rose musquée, la mauve musquée, l’Adoxa moschatellina (petite herbe commune des sous-bois), l’aster (Aster argyrophyllus), la racine de certaines angéliques, le bourgeon de cassis et la sauge sclarée, etc…

Le musc chimique ou l’art de la synthèse

C’est le musc le plus vendu, et le plus utilisé comme parfum (…)

De nombreuses molécules chimiques ont été créées depuis un siècle, à titre de substitut du musc naturel animal, mais elles ne reproduisent qu’un aspect partiel de l’ensemble de ses senteurs et propriétés. Ces nouveaux « muscs » ont cependant ouvert la voie à un nouveau style de composition en parfumerie où ils sont utilisés en lieu et place des muscs naturels, bien trop coûteux.

Les muscs synthétiques (ou chimique) sont également utilisés comme fragrance dans divers produits de consommation courante comme les déodorants, savons, shampooings, lotions, adoucissants, détergents, etc …

Les muscs synthétiques représentent la quasi-totalité des muscs que l’on trouve sur le marché de la parfumerie !

Il existe plusieurs catégories de muscs synthétiques (ou chimiques) :

  • Les muscs nitrés : C’est un dérivé chimique de l’explosif TNT. Il a une odeur animale, florale et poudrée, il était très utilisé lors du siècle précédent dans la parfumerie et non pas dans l’automobile contrairement à ce que son nom indique. Il est aujourd’hui interdit.
  • Les muscs polycycliques : C’est un produit chimique (le 3-méthyl-cyclopentadécanone). Il a une odeur florale violette et légèrement mûre et framboise. Il est accusé d’avoir des impacts négatifs sur l’environnement.
  • Les muscs macrocycliques : Celui qui conviendra le mieux à tous pour son impact mesuré sur l’environnement et son odeur rappelant la cire de bougie et le beurre de cacao.

Les principaux dérivés commercialement utilisés sont les muscs de synthèse chimiques que l’on trouve sous divers noms. Ils sont facilement identifiables dans les ingrédients du musc acheté :

Xylène ou Xylol Musc T AHTN (ou Tonalide®)
AHDI (ou Phantolide®) ATII (ou Traseolide®) HHCB (ou Galaxolide®)
HHCB-lactone (ou Galaxolidone®) Habanolide® Cyclopentadécanolide

Les muscs de synthèse sont-ils dangereux ?

En effet, ces muscs synthétiques demeurent potentiellement dangereux : le caractère liposoluble ainsi que le coefficient d’absorption élevé (de certains de ses composés) semble être à l’origine d’une accumulation accrue dans les graisses chez l’homme. [2]

Ce sont également des substances persistantes, qui peuvent se concentrer dans les tissus vivants. C’est ainsi que les muscs utilisés dans les parfums sont considérés comme des contaminants du sang humain et du lait maternel. Mais il existe également de plus en plus d’éléments démontrant que certains muscs interfèrent avec le système hormonal et exacerbent les effets de l’exposition à d’autres substances toxiques. [3]

Des articles, portant sur les effets sur la santé des muscs synthétiques, rapportent qu’une exposition à long terme (2 ans) au musc synthétique chez le rat serait à l’origine d’une croissance accrue de petites tumeurs bénignes du foie (adénome hépatocellulaire) et de carcinome (cancer qui se développe à partir des cellules du foie). [4]

Enfin, diverses études ont également démontré les effets collatéraux des muscs de synthèse sur l’environnement. Ainsi, chez certaines espèces de poisson, les muscs synthétiques auraient pour effets d’inhiber le 17β-estradiol sur les récepteurs d’estrogènes, empêchant ainsi le développement normal des larves. D’autres effets ont également été observés, tels qu’une diminution de la croissance ainsi qu’une augmentation d’absorption vis-à-vis d’autres composés toxiques, due à la perte de défenses multixénobiotique. [5]

Par précaution, il est préférable de ne pas appliquer ces parfums directement sur la peau, mais plutôt sur les vêtements. Il faudrait aussi éviter d’inhaler trop souvent ces parfums de synthèse.

De même pour les détergents qui contiennent ces parfums, n’hésitez pas à utiliser des gants.

Autres sources: [6] [7]

La jungle du musc

Le marché du musc est immense, et les revendeurs se comptent par milliers.

On trouve toutes sortes de muscs sur internet, sur les étals de marché ou dans les boutiques spécialisées de parfums. Il n’est pas toujours facile de s’y retrouver. Il est difficile de savoir ce que l’on achète, de connaitre l’origine du musc (animal, végétal ou de synthèse). Il y a peu ou pas de détails sur la composition des parfums.

Pour les amateurs de musc qui souhaite, en plus, un produit 100% naturel, nous pouvons dire que la mission est très compliquée, au risque d’être coûteuse et parfois illicite avec des produits de contrebande non-autorisés par la loi de votre pays !

Pour ces amateurs, qui souhaitent un produit 100% naturel, je vous invite tout d’abord à ne jamais acheter de musc si vous ignorez la composition exacte du produit.

En effet, un grand nombre de fabricants ou de distributeurs de musc estampillent « Musc 100% naturel » ou « Musc Pur » :

  1. Sans aucune indication sur la composition C’est le cas le plus fréquent. Le nom du produit seul …impossible de vérifier les ingrédients ! De quel musc s’agit-il ? S’agit-il d’un musc de synthèse au milieu de produits naturels ? S’agit-il d’un parfum végétal musqué ? Etc…On l‘ignore
  2. Avec du musc de synthèse chimique (ex : Xylol, Xylène, etc …) dans la composition … Dans ce cas, il s’agit clairement d’une fausse dénomination.
  3. Avec autre chose que du musc : Beaucoup de musc dit « naturel » ou « pur » contiennent en réalité des huiles d’encens (ex : huile d’arbre Boswellia, etc…) ou autres huiles parfumées. Pour ce cas, il s’agit sûrement de produits naturels avec une légère odeur musquée, mais pas du musc. Dans ce cas aussi, il s’agit clairement d’une fausse dénomination.

N’hésitez donc surtout pas à interroger le vendeur sur la composition exacte et l’origine du produit.

Les solutions naturelles

Vous aurez compris qu’acheter un vrai musc naturel et pur, qu’il soit d’origine animale ou végétale, comme on pouvait le faire il y a quelques siècles est une tâche compliquée.

En ce qui concerne le musc d’origine animal, s’il provient d’animal sauvage, il est interdit à la vente dans de nombreux pays dont la France. La seule solution serait de se procurer un musc d’original animal d’élevage. Le prix oscille entre 30.000€ et 200.000€ le litre de musc (…)

L’autre alternative qu’il reste aux adeptes du « 100% naturel » est le parfum végétal à odeur musquée dit « Musc végétal ». Plusieurs alternatives d’offre à vous :

 

SOLUTION NATURELLE VÉGÉTALE #1 – PARFUM VÉGÉTAL À ODEUR MUSQUÉE

Vous pouvez acheter des parfums composés d’espèces végétales qui ont une odeur naturelle de musc. Comme je le décrivais plus haut dans cet article, il existe des nombreux parfums végétaux à base d’ambrette, d’hibiscus, de rose musquée, par exemple.

EAU DE PARFUM BIO – MUSC D’HIBISCUS

EAUX PARFUMÉES MONOFLORALES – MUSC GINGEMBRE

 

SOLUTION NATURELLE VÉGÉTALE #2 – RECETTE COSMÉTIQUE MAISON

Vous n’ignorez pas que je suis une adepte du « fait maison » et je pense que la meilleure alternative pour avoir un produit 100% naturel est de le faire soi-même. Je vous propose donc 2 recettes :

Les compositions et recettes sont infinies. Vous pouvez trouver des dizaines de recettes « maison » plus ou moins musquées, adaptées à votre goût.

Je conclurai cet article avec cette belle citation : « Le Musc est le roi des parfums, le plus noble et le meilleur. Il est un exemple, on compare à lui et rien ne lui est comparé, il compose les dunes du Paradis. » Ibn al-Qayyim

Ceci peut vous interesser

Dossier – Labels BIO en France

Consommer des produits BIO, c’est un acte humain où l’on adopte une consommation responsable envers …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *